Comprendre l'aliénation parentale

Lourd sujet qu’est l’aliénation parentale. Pourtant, il n’y a pas de tabous qui tiennent, et on doit en parler. Comme vu précédemment à l’émission 100 problèmes, il y a des moyens de la reconnaitre, de la prévenir, de l’éviter ou du moins de la déchiffrer.

 
 
 
Des signes qui devraient vous mettre la puce à l’oreille
 
Chez le parent, on reconnait tout de suite les comportements reliés lorsqu’ils ressemblent de près ou de loin à un « lavage de cerveau ». Malheureusement, comme il s’agit souvent de parents issus d’un divorce, ou dans une situation conflictuelle quelconque, il est facile d’utiliser une raison comme une autre pour tenter de mélanger, et surtout d’influencer l’enfant avec des commentaires et des accusations qui ne sont pas toujours véridiques.
 
L’enfant a ensuite plusieurs façons de réagir, qui ne sont évidemment pas toutes très saines pour lui. On parle de diffamation, de déni de la réalité et de rejet complet d’un parent ou d’une information. L’aliénation peut aussi causer des hostilités étendues à toute la famille plutôt qu’entre les principaux concernés, la culpabilité de l’enfant qui croit être le problème… les conséquences peuvent se multiplier rapidement et prendre des proportions malheureuses.
 
 
Et on fait quoi ensuite?
 
Dénoter un comportement comparable à de l’aliénation parentale est toute une affaire. Encore faut-il prendre son courage à deux mains et tenter de comprendre les motifs derrière, sans pour autant trop s’en mêler. Et si la santé, mentale et physique, de l’enfant est en jeu, plusieurs recours sont possibles pour arriver à le sortir d’une situation fâcheuse.
 
Des lignes comme Tel-Jeune (1-800-263-2266), ou des sites web comme le Portail des Droits de l’Enfant devraient vous aider à y voir plus clair!
 
Avez-vous déjà vécu une telle situation? Ou été témoin? Quelle a été votre réaction?
 

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités