MAtv célèbre notre cinéma!

MAtv est totalement cinoche! À la veille de la 15e Soirée des Jutra, le cinéma québécois est à l'honneur à la chaîne télé.

 

Qui doit payer pour le cinéma québécois? À OPEN télé, Sophie Durocher se penche sur cette question. Un débat enlevant avec plusieurs experts et personnalités qui gravitent autour du 7e art.

 

À Premières vues, Frédéric Corbet discute avec cinq critiques de cinéma qui donnent leurs points de vue sur les cinq meilleurs films québécois de l'année. Quel film sera couronné à la Soirée des Jutra dimanche soir?

 

Ce week-end à Selon l'opinion comique, Isabelle Ménard, Louis. T., Adib Alkhalidey  et Kim Lizotte reçoivent Gildor Roy avec qui ils partagent, notamment, leur opinion comique sur le cinéma québécois.

 

Et pour conclure, MAtv est présente à la 17édition du festival REGARD sur le court métrage au Saguenay. Du 15 au 17 mars, la chaîne invite les festivaliers à l'Espace MAtv, à l'Hôtel Chicoutimi. Un rendez-vous convivial pour tous ceux qui souhaitent rencontrer et échanger avec les cinéphiles, les gens de l’industrie et, bien sûr, l’équipe de MAtv et l'animateur de Premières vues, Frédéric Corbet. Au cours de cette fin de semaine, le public pourra également assister à l'enregistrement de Vue sur court et prendre le thé MAtv.

 

Le débat des films à Premières vuesLes cinq meilleurs films de l'année, finalistes lors de
la 15e Soirée des Jutra, représentés par cinq critiques de cinéma. De gauche à droite: Maxime Demers (Journal de Montréal) Inch'Allah, Manon Dumais (Voir) Camion, Frédéric Corbet, animateur de Premières vues, Odile Tremblay (Le Devoir) Rebelle, Helen Faradji (24 images) Laurence Anyways, Martin Bilodeau (Mediafilm) Roméo onze

 

NOS ARTICLES SUR LE SUJET:

Les 10 films québécois les plus payants en 2013

L'évolution de la part du marché du cinéma québécois depuis l'an 2000

Les 10 films québécois les plus populaires de tous les temps

MAtv, partenaire du festival REGARD sur le court métrage au Saguenay

Rebelle aux Oscars

 

AUTRES RESSOURCES PERTINENTES: 

Le pire bilan depuis 2013

On savait déjà que l'année 2012 avait été désastreuse au box-office pour les films québécois. On a maintenant les chiffres pour le prouver: comme plusieurs le craignaient, la part de marché de notre cinéma a dégringolé sous la barre des 5%, sa pire performance en plus de dix ans.

MAXIME DEMERS, Le Journal de Montréal, le 8 janvier 2013

 
 
Les Québécois veulent des films plus variés
 
Les Québécois aiment leur cinéma, mais l’offre des films locaux sortis au cours des derniers mois les a peu intéressés, révèle un sondage exclusif de la firme Léger Marketing commandé par Le Journal de Montréal.
 
MAXIME DEMERS, Le Journal de Montréal, le 5 février 2013
 
 
 
Le cinéma québécois rayonne-t-il vraiment à l'étranger?
 
Grâce au travail des Denis Villeneuve, Philippe Falardeau et Xavier Dolan, le cinéma québécois rayonne plus que jamais à l'étranger depuis quelques années. Mais nos films connaissent-ils autant de succès au-delà de nos frontières qu'on aime le dire? «Il faut relativiser», a nuancé le cinéaste Denis Côté.
 
MAXIME DEMERS, Agence QMI, TVA Nouvelles, le 27 février 2013
 
 
 
Notre cinéma nous intéresse-t-il?
 
Il y a quelques mois, Vincent Guzzo, propriétaire des salles du même nom, jetait un pavé dans la mare en déclarant grosso modo que nos cinéastes réalisent des films pour se faire plaisir plutôt que pour intéresser le public. Guy Gagnon, l'ancien président d'Alliance-Atlantis Vivafilm, dans des mots plus gentils, dit un peu la même chose. Pendant ce temps, François Macerola, président de la SODEC, s'agite et réunit quelques «penseurs» dans l'espoir de trouver une solution miracle
 
GUY FOURNIER, Le Journal de Montréal, le 20 février 2013
 
 
 
«Le box-office n'est pas tout» – Denis Robert
 
Pour la productrice oscarisée des Invasions barbares et de De père en flic, le cinéma québécois s'avère un investissement essentiel, qui génère d'importantes retombées économiques et qui permet au Québec de rayonner dans le monde.
 
MAXIME DEMERS, Le Journal de Montréal, le 4 février 2013
 
 
 
Pourquoi les Québécois boudent leur cinéma?
 
Le ministre de la Culture, Maka Kotto, se dit «préoccupé» par la crise du cinéma québécois et estime que si rien n'est fait pour redonner le goût aux Québécois de voir des films d'ici, nous courrons «à notre propre perdition à moyen ou long terme».
 
CÉDRIC BÉLANGER, Agence QMI, TVA Nouvelles, le 7 décembre 2012
 
 
 
Observatoire de la culture et des communications du Québec: Statistiques sur l'industrie du film et de la production télévisuelle indépendante. Édition 2012
 
 
Premières vues au festival REGARD sur le court, la galerie de photos
 
 

article(s) lié(s) au dossier

MAtv, partenaire du festival REGARD sur le court métrage au Saguenay

MAtv est fière de s’associer à la 17e édition du[...]

Évolution de la part de marché du cinéma québécois

De 9,9% en 2011, la part de marché du cinéma québécois[...]

Les 10 films québécois les plus payants en 2013

En 2013, les recettes totales du box-office québécois se sont[...]

Les 10 films québécois les plus populaires de tous les temps

Séraphin, un homme et son péché, de Charles Binamé,[...]

    Vos commentaires