Les emplois dans le secteur des TI

Le secteur des technologies de l’information – communément appelées «TI» – connaît une forte croissance depuis plusieurs années. 
 
Il y a 10 ans, on pouvait penser que l’emploi dans ce secteur se limitait à la fabrication d’ordinateur, la programmation de logiciels et la création de jeux vidéos, mais les emplois en TI ratissent aujourd’hui beaucoup plus large et s’immiscent dans tous les domaines. On retrouve pas moins de 196 000 professionnels des TI au Québec. 
 
Et ce sont aussi de bons emplois: la plupart des spécialités présentent des taux de chômage très faibles et des salaires nettement plus élevés que la moyenne. 
 
On compte quelque 7800 entreprises qui embauchent au moins un employé spécialisé en TI. Une forte majorité des emplois se trouve en  région urbaine, notamment à Montréal et ses environs. Du nombre, environ la moitié sont des entreprises qui ne sont pas spécialisées dans le domaine. Aujourd’hui, pratiquement toutes les grandes entreprises ont un département d’informatique et recrutent activement, ce qui entraîne une rareté de la main-d’œuvre. Qu’on pense notamment au domaine bancaire ou à l’assurance qui ont transféré presque toutes leurs activités en ligne. Une des particularités du domaine des TI est qu’il évolue très vite. Il y a donc constamment de nouvelles technologies ou de nouvelles avancées qui alimentent les besoins. En ce moment, on peut identifier trois grandes tendances...
 
 

Le développement du Web

Toutes les entreprises se doivent d’être présentes sur le Web aujourd’hui, c’est un minimum. Toutefois, pour se démarquer, il faut plus. Par exemple, les entreprises de détail doivent penser commerce électronique pour faire face à la compétition internationale. Avec le développement du mobile (téléphones intelligents et tablettes), les entreprises doivent aussi s’assurer que leur site soit adapté à toutes les plateformes.

 

Le «Big Data»
 
L’informatisation systématique de tous les services des entreprises fait en sorte qu’elles se retrouvent aujourd’hui avec une quantité gigantesque d’information et de données qu’elles doivent compiler et analyser afin d’en tirer du sens et des occasions d’affaires. Les médias sociaux et la collecte de données sur les comportements des usagers sur le Web augmentent également la quantité d’information à analyser.
 
 
La sécurité
 
Comme pratiquement tous les systèmes sont aujourd’hui informatisés, la sécurité est extrêmement importante. La multiplication des plateformes et des outils comme l’infonuagique fait en sorte que les informations sont plus accessibles que jamais... mais elles doivent tout de même être protégées. Les entreprises doivent également assurer la confidentialité des transactions dans le cas des sites de commerce électronique.  
 
 
Les six travailleurs les plus recherchés en TI
 
1. Analyste d’affaires
 
2. Développeur / intégrateur Web
 
3. Analyste fonctionnel
 
4. Programmeur de logiciel
 
5. Chargé de projet
 
6. Administrateur de systèmes
 
(Source : Jobboom)
 
 
Près des deux tiers des emplois demandent une formation universitaire. Voici un aperçu des formations permettant d’accéder au domaine...
 
 
Des formations pour travailler en TI
 
Science de l’informatique (bacc.)
 
Concordia, Université de Montréal, UQAM, McGill


Génie informatique (bacc.)
 
Polytechnique Montréal, Université Concordia, Université McGill
 

Génie logiciel (bacc.)
 
Polytechnique Montréal, Université Concordia, École de technologie supérieure, Université McGill
 

Techniques de l’informatique (DEC)
 
Cégep André-Laurendeau, Cégep Marie-Victorin, Collège Ahuntsic, Collège Bois-de-Boulogne, Collège de Rosemont
 
 
Ce sont les formations de base du domaine. Une fois sur le marché du travail, il existe également toutes sortes d’AEC (attestations d’études collégiales) pour se spécialiser: affaires électroniques, développement d’applications mobiles, réseautique et sécurité informatique, programmation en technologie Web et bien plus encore. 
 
Mais la technologie bouge tellement vite que pour bien des professionnels, il est essentiel de s’autoformer; c’est-à-dire de prendre en main le développement de ses compétences pour rester à jour. De nombreuses formations très spécifiques sont disponibles en ligne pour apprendre un nouveau logiciel, un nouveau langage de programmation ou approfondir ses connaissances. 
 
Non seulement la technologie crée de l’emploi, elle transforme plusieurs professions. Aujourd’hui, les TI s’immiscent dans pratiquement toutes les professions. De plus en plus de professionnels doivent donc posséder une certaine maîtrise des technologies.
 
 
Voici quelques exemples...
 
 
Le journalisme
 
Les journalistes doivent aujourd’hui être capables de concevoir des reportages multimédias pour le Web, et aussi être à l’aise avec la collecte et l’analyse de données (le Big Data) pour en tirer des informations pertinentes.
 
 
L’enseignement
 
La technologie est de plus en plus présente dans les salles de classe. Les enseignants développent des moyens d’utiliser les tablettes, le Web et les téléphones intelligents pour rejoindre une génération de jeunes qui ont grandi avec ces outils.
 
 
L’archivistique
 
La préservation de documents pose une foule de nouveaux enjeux à l’ère de l’informatique. On accumule de plus en plus d’information, qu’il faut classer et retrouver facilement, mais aussi savoir en préserver l’authenticité et l’intégrité, alors que l’information est plus volatile que jamais. 
 
 
Bien des travailleurs doivent s’adapter à ces changements technologiques. Par contre, pour ceux qui ont déjà un intérêt pour la technologie, mais qui ne veulent pas nécessairement se réorienter, la technologie offre une foule de nouveaux défis. 
 
 
Pour information
 
 
 
 
 
À consulter
 
 
 
 
 
Chroniqueur: Simon Granger
 
 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: BOULOT
Démystifier les défis de la vie au travail que l’on soit employeur, employé ou chômeur.  
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités