Chan Tep: faire lumière sur une mosaïque de cultures

J’ai discuté avec Chan Tep quelques heures à peine avant le premier tournage de Mosaïque en lumière, émission qui sera diffusée à MAtv cet automne. 
 
Chan Tep est l’idéatrice, animatrice et productrice au contenu de cette nouvelle émission d’accès qu’elle décrit comme «un magazine interculturel qui reflète avec simplicité les enjeux humains de l’immigration.» «C’est mon émission de rêve, celle que j’ai toujours voulu animer et réaliser», dit celle qui sera animatrice à la télévision pour la première fois. «C’est vraiment mon bébé. C’est une émission qui me ressemble à 100%!»
 
Puisqu’il s’agit d’une émission d’accès, Chan Tep est appuyée par une équipe bénévole et Mosaïque en lumière est soutenue par deux organismes, le Centre Khemara et l’agence de presse Média Mosaïque.
 
Mosaïque en lumière est un projet qui tient à cœur à Chan Tep. Élevée en banlieue de Montréal, à Varennes, elle a souvent regardé la télé sans s’y reconnaître, en ne voyant des gens d’origine asiatique que dans des rôles très typiques tels que celui de propriétaire de dépanneur. Elle croit énormément au pouvoir d’influence des médias. Elle a donc commencé à s’impliquer dans ce domaine il y a maintenant cinq ans, après une première carrière comme designer graphique.
 
 
Chan Tep sur le plateau de tournage de Mosaïque en lumière
Chan Tep sur le plateau de tournage de Mosaïque en lumière, en compagnie du caméraman Martin Fillion
 
 
«J’avais une certaine frustration par rapport aux médias!» Cette frustration s’est confirmée il y a deux ans, alors qu’une de ses deux filles, alors âgée de six ans, s’est exclamée: «Maman, j’aimerais avoir la peau blanche, les cheveux blonds et les yeux bleus!»
 
La représentation des différentes communautés culturelles dans les médias s’est améliorée depuis son enfance: «Mais ça tarde encore de voir des communautés à la télévision. Aux États-Unis, il y a des émissions complètes mettant de l’avant des gens issus de la diversité. Dans les séries québécoises, il y a encore du travail à faire», explique-t-elle.
 
Puisque l’immigration est un phénomène qui ne va pas en diminuant – on compte environ 180 communautés différentes dans le Grand Montréal  – Mosaïque en lumière «va parler de tous les aspects de l’immigration et des gens issus de la diversité, sous l'angle de la découverte et du partage.»
 
Chan Tep explique: «Souvent, l’immigration peut sembler plus tragique que ce que c’est ou, au contraire, beaucoup de gens sous-estiment ce que c’est. On essaie de donner l’heure juste. Le but de l’émission, surtout, c’est de faire un pont entre les gens d’ici et ceux d’ailleurs.»
 
«L’émission va permettre autant aux immigrants de se retrouver qu’à ceux qui ne sont pas immigrants de comprendre un peu plus les réalités et enjeux de l’immigration.» Il faut dire qu’elle comprend très bien ce qu’est l’immigration, car ses parents, ses quatre frères et sœurs et elle se sont enfuis du régime de Pol Pot, au Cambodge, en 1978, afin de venir au Canada. Un processus truffé d’épreuves: morts, famine, fuite en pirogue, traversée de la jungle envahie de mines antipersonnel (dont une qui a explosé!), pour ensuite se rendre dans un camp de réfugiés clandestins près de la frontière thaïlandaise. Ils sont finalement arrivés à Montréal le 19 décembre 1979.
 
Pas surprenant, donc qu’une phrase qui la rend folle est «“S’ils ne sont pas contents, qu’ils retournent dans leur pays!” Non, tu ne comprends pas, ce n’est pas si facile de tout quitter et rebâtir sa vie parce que tu as espoir pour ta famille et tes enfants. C’est pas mal ce que font les immigrants, ils ne veulent qu’un meilleur avenir. Mais tu ne peux pas leur demander de délaisser complètement ce qu’ils ont déjà été.»
 
Avec ce parcours de vie, cette volonté d’honorer sa culture et de faire lumière sur les réalités méconnues et les enjeux humains de l’immigration, nul doute que Chan Tep est la personne toute indiquée pour piloter Mosaïque en lumière, émission qu’on a bien hâte de découvrir! 
 
 

Pour me suivre sur la Toile:

Twitter: @beatricebp

LinkedIn: Béatrice Bernard-Poulin

Mon blogue: Eille la cheap!

 
L'auteure de cet article, Béatrice Bernard-Poulinest blogueuse pour MAtv Montréal.
 
 

 

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités