Les formations gagnantes en 2015

Quand on sélectionne une formation, il faut bien sûr choisir en fonction de nos intérêts, nos compétences et nos qualités. Or, il est aussi important de s’interroger sur les perspectives d’avenir qu’elle offre pour s'assurer de faire un choix payant à long terme. Nous allons donc faire un survol de quelques secteurs offrant de bonnes possibilités d’emploi, et des formations qui permettront d’y faire sa place. 
 
 
Commençons par un secteur qui connaît une forte croissance depuis plusieurs années, celui des technologies de l’information et des communications. 
 
Les diplômés en TIC sont fortement recherchés; le nombre d’entreprises œuvrant dans ce secteur connaît une croissance constante, et les emplois aussi. Mais la demande ne provient pas seulement des entreprises spécialisées. On recherche ces travailleurs dans tous les types d’entreprises (banque, compagnies d’assurances, organismes gouvernementaux, etc.). 49% des professionnels en TIC travaillent d’ailleurs dans d’autres secteurs de l’économie. 
 
Le développement d’Internet, des produits multimédias et, plus récemment, du commerce électronique, de l’infonuagique et de la mobilité, a permis la croissance de l’emploi pour plusieurs professions (programmeurs, graphistes, concepteurs, etc.), mais également la création de nouvelles professions, comme webmestre, testeurs de jeux vidéo, développeurs d’applications mobiles, etc.
 
Mais les sous-secteurs du service-conseil et de la conception de services informatiques demeurent les plus importants, regroupant près de la moitié des travailleurs du secteur.    
 
 

Un autre secteur où il y a toujours beaucoup de demande, c’est celui de la santé. 

Les besoins sont constants depuis plusieurs années et iront en augmentant au cours des années à venir. Les effectifs sont vieillissants dans ce secteur, ce qui laisse entrevoir des départs à la retraite massifs au cours des années à venir. On aura besoin de quelque 60,000 travailleurs pour combler les besoins d'ici 2018.  
 
De plus, le vieillissement de la population engendre une augmentation de la demande pour les services et soins de santé spécialisés (pharmaciens, ergothérapeutes, audioprothésistes, denturologistes, etc.). Ces impacts risquent de se faire particulièrement sentir d’ici 10 à 15 ans. 
 
Il ne faut pas oublier la demande toujours très grande pour les médecins, les infirmières et les psychiatres et ce, dans pratiquement toutes les régions du Québec. 
 
 
 
Pour ceux qui ont la bosse des maths, le secteur de la comptabilité et de la finance offre aussi de bons débouchés. 
 
On n’y pense pas toujours, mais le vieillissement de la population a également un impact sur les perspectives d’emploi dans ce secteur. En effet, les services financiers doivent s’adapter aux besoins d’une population, qui, avec l’âge, se préoccupe davantage de ses placements et de la préparation à la retraite. 
 
Par ailleurs, le secteur de la comptabilité et de la finance est intéressant dans une perspective à long terme, car il est peu touché par les fluctuations de l’économie. Les organisations ont constamment besoin des professionnels de ce secteur pour avoir l’heure juste sur leur situation financière, assurer une saine gestion et analyser leur marché. 
 
C’est aussi un secteur où la main-d’œuvre est vieillissante, ce qui laisse entrevoir des départs à la retraite importants au cours des prochaines années. 
 
   
TROIS FORMATIONS GAGNANTES EN COMPTABILITÉ ET EN FINANCE
 

 

Programme

 

 

Taux de chômage

 

Salaire hebdomadaire moyen

Conseils en assurance et en services financiers (DEC)

 

0% 726$

 

Comptabilité (bac.)

 

 

3,3%

 

866$

 

Actuariat (bac.)

 

 

1,1%

 

1131$

 

Source: Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science

 
 
On a beaucoup parlé de formations universitaires, collégiales et professionnelles… Faut-il comprendre que les carrières d’avenir sont d’abord et avant tout celles qui demandent ces niveaux de formation?
 
Il est tout à fait possible de gagner sa vie même si l’on n’a pas fait d’études postsecondaires. D’ailleurs, les emplois ne demandant qu’un DES ou pas de diplôme du tout représentent quand même près de 40% de l’emploi total.
 
Ceci dit, les employés peu qualifiés sont de bien moindre qualité; ils sont moins rémunérés, souvent à temps partiel et beaucoup plus vulnérables aux fluctuations de l’économie. 
 
Regardons à cet effet le taux de chômage en 2013 en fonction du plus haut niveau de formation atteint. On peut voir que le taux de chômage descend de façon constante à mesure que le niveau de formation augmente.
 
 
TAUX DE CHÔMAGE SELON LE PLUS HAUT NIVEAU ATTEINT (2013)

 

Niveau de formation

 

Taux de chômage

Diplôme universitaire

 

4,9%

Études postsecondaires

 

6,8%

Diplôme d’études secondaires

 

8,3%

Sans diplôme d’études secondaires

 

15,5%
Source : Institut de la statistique du Québec
 
 
 
Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’on peut certainement trouver du travail sans diplôme d’études postsecondaires, mais dans une perspective à long terme, les études demeurent un choix gagnant. C’est d’ailleurs les emplois de niveaux universitaires qui devraient connaître la plus forte croissance d’ici les 10 prochaines années. 
 
 
On a présenté quelques exemples de formations gagnantes, mais ce ne sont pas les seules.
Où peut-on avoir plus d’information?
 
Visitez la section Carrières d’avenir du site de Jobboom. Vous y trouverez une sélection de 25 formations gagnantes pour chaque niveau de formation (professionnelle, collégiale et universitaire), des sélections par secteur d’activité, des portraits de formations et une foule d’autres informations utiles pour faire un choix de carrière éclairé. 
 
 
Chroniqueur: Simon Granger, coordonnateur des contenus chez Jobboom
 
 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: BOULOT
Démystifier les défis de la vie au travail que l’on soit employeur, employé ou chômeur.  
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités