Devenir indispensable au travail

Êtes-vous indispensable au travail? Bien sûr, personne n’est complètement irremplaçable. Mais par leurs actions et leurs comportements, certains employés augmentent leur valeur aux yeux de leur employeur et deviennent essentiels au succès de l’entreprise!
 
Comme personne n’est réellement irremplaçable, on pourrait dire qu’un employé indispensable est un employé qui est tellement bon et efficace que son patron et ses collègues ne peuvent imaginer le remplacer. C’est avant tout une question de perception. 
 
Devenir indispensable est une façon de protéger son emploi. Si on a prouvé qu’on était indispensable, on risque moins de perdre notre boulot s’il y a des coupures ou des licenciements. Mais c’est aussi une façon de stimuler notre avancement professionnel: on est plus susceptible d’avoir une augmentation ou une promotion, ou encore d’être affecté à des projets spéciaux qui feront progresser notre carrière.
 
Par ailleurs, c’est aussi bon pour le moral: notre niveau de satisfaction au travail sera nettement plus élevé si on sent qu’on a une valeur aux yeux de notre employeur. 
 
 
Concrètement, quelles sont les qualités d’un employé indispensable?
 
On pourrait résumer ces qualités en deux mots: compétence et efficacité. 
 
 
La compétence
 
Plus on possède des compétences et des connaissances spécialisées, plus on est indispensable à notre employeur. Bien entendu, nos diplômes et notre formation entrent en ligne de compte, mais ce n’est pas tout. 
 
Un bon moyen de devenir indispensable est de monopoliser une compétence particulière. Vous pouvez avoir cette occasion lorsque quelqu’un quitte la compagnie, ou si un nouveau projet est créé. Par exemple, si remarquez que la compagnie n’utilise pas les médias sociaux dans ses activités promotionnelles et vous avez de l’intérêt pour les nouvelles technologies, vous pourriez devenir l’expert en la matière dans la boîte. 
 
La formation continue peut grandement nous aider à maintenir nos connaissances et nos compétences à jour, contribuant ainsi à nous rendre indispensable. Par exemple, on peut chercher à développer nos habiletés en communication ou notre maîtrise de certaines technologies. Plus notre éventail de compétence est vaste, plus on est utile à l’entreprise. 
 
 
L’efficacité
 
L’indispensabilité d’un employé ne dépend pas du temps passé au bureau, mais de la qualité de son travail. Quand nos tâches sont bien effectuées, il y a une relation de confiance qui s’installe avec l’employeur. 
 
L’efficacité englobe beaucoup de choses: c’est le dévouement, l’éthique de travail, le souci du détail et de la qualité, la recherche de la valeur ajoutée, la recherche de solutions pour optimiser le fonctionnement de l’entreprise. 
 
 
Au-delà de ces deux éléments, notre attitude et notre comportement peuvent-ils aussi contribuer à nous rendre indispensable?
 
Tout à fait. Des employés ayant une attitude positive contribuent à rendre le milieu de travail agréable. Si un gestionnaire doit couper un poste, il choisira probablement de garder, à compétence égale, l’employé positif plutôt que le grincheux qui se plaint tout le temps. 
 
Pour être indispensable, il faut faire ses preuves non seulement aux yeux du patron, mais aussi aux collègues, en étant un bon joueur d’équipe. Un employé qui devient la personne ressource pour un projet donné, ou qui propose toujours son aide quand les collègues rencontrent des problèmes, développe son leadership et renforcit ses liens au sein de l’entreprise. 
 
Par ailleurs, le fait de sociabiliser avec les collègues est un autre facteur important pour se rendre indispensable. Une récente étude de l’Université de Pennsylvanie a montré que les employés qui bavardaient avec les collègues de sujets légers comme le sport ou la nourriture étaient moins susceptibles de perdre leur boulot lors de mises à pied. Il semblerait en effet qu’un tel comportement confère à l’employé une valeur intangible, difficile à mesurer, mais souvent remarquée par les patrons.
 
L’employé devient ainsi une sorte d’influenceur, qui contribue à la cohésion de l’équipe et à la diffusion des informations. 
 
 
C’est important de devenir indispensable, mais il faut faire attention de ne pas tomber dans l’excès!
 
Effectivement, le fait de se considérer comme indispensable fait en sorte qu’un employé pourrait avoir de la difficulté à décrocher du boulot. Les gens atteints de ce «syndrome de l’indispensable» se sentent coupables de délaisser leur travail. Ils évitent de prendre leurs congés ou les raccourcissent. 
 
Ce comportement peut être mauvais pour leur santé, car ils risquent l’épuisement professionnel. C’est aussi mauvais pour l’employeur, car un employé atteint du syndrome de l’indispensable aura tendance à exiger davantage (meilleur salaire, prime au rendement, etc.), sous prétexte qu’on ne peut se passer de lui. Or, nul n’est irremplaçable.
 
Un employeur qui remarque un tel comportement chez un employé doit lui faire comprendre que tout ne repose pas sur ses épaules, et ne doit pas hésiter à l’obliger à prendre des vacances. Il faut aussi lui faire comprendre qu’il doit apprendre à déléguer.
 
Chaque personne aura une façon propre de se rendre indispensable en fonction de sa personnalité. Mais un élément commun a été identifié par l’auteur Seth Godin, dans un essai intitulé Êtes-vous indispensable?. Il y affirmait que le travailleur doit désormais œuvrer comme un artiste, miser sur sa différence et innover. Voilà un principe qui pourra vous guider dans votre démarche pour devenir indispensable! 
 
 
Liens complémentaires sur Jobboom:
 
 
 
 
 
Chroniqueur: Simon Granger, coordonnateur des contenus, Jobboom
 
 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: BOULOT
Démystifier les défis de la vie au travail que l’on soit employeur, employé ou chômeur.  
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités