L'entrevue d'embauche revisitée

Selon un sondage récent réalisé par la firme de consultation en ressources humaines OI Global Partners auprès de consultants de partout en Amérique du Nord, il semblerait que, de toutes les causes d’échec dans une démarche d’emploi, la principale raison pour laquelle les candidats n’obtiennent pas l’emploi souhaité réside dans leur façon de se présenter et de performer en entrevue. C’est pourquoi la préparation est cruciale.
 
 
Voici les cinq principales raisons identifiées par les consultants dans le même sondage:
 
Ne pas se différencier suffisamment des autres candidats (67% des consultants). Traduction: on ne connaît pas assez bien ses forces et comment les mettre en valeur en fonction des besoins de l’entreprise.
 
Être incapable de faire des liens entre les expériences passées et l’emploi postulé (64%). Traduction: nous n’avons pas fait un bilan assez précis de notre parcours et/ou on ne comprend pas bien le rôle ou les tâches rattachés au poste.
 
Ne pas montrer assez d’intérêt et d’enthousiasme pour le poste (56%). Traduction: nos objectifs ne sont pas assez clairs quant à l’emploi offert.
 
Trop se concentrer sur ses propres intérêts plutôt que sur ceux de l’employeur (54%). Traduction: pour séduire, en amour comme en affaires, il faut que l’autre sente qu’il a sa place dans la relation…Dosage, dosage, dosage…
 
Croire qu’on peut réussir l’entrevue sans préparation (53%). Traduction: trop d’assurance, c’est comme pas assez… 
 
   
Comment prévenir ces erreurs? 
 
Renseignez-vous sur l’entreprise
 
Une étape trop souvent négligée ou trop peu approfondie… Pour vendre vos compétences, vous devez savoir en quoi elles pourront vraiment être utiles à l’entreprise. Votre bonne connaissance de l’employeur démontre aussi votre intérêt pour le poste et pour l’organisation.
 
 
Faites un bilan de carrière
 
Avant l’entrevue, prenez le temps de faire un bilan de vos expériences professionnelles et de vos réalisations. Identifiez les compétences que vous avez acquises et développées, et déterminez comment elles feraient de vous un candidat idéal pour le poste convoité.
 
 
Privilégiez l’échange
 
Durant l’entrevue, entamez un dialogue avec le recruteur et n’hésitez pas à poser des questions sur les tâches, l’organisation du travail ou les projets de l’entreprise, par exemple. Cela démontre votre sérieux, votre capacité d’écoute et votre intérêt pour le poste.
 
 
N’y a-t-il pas aussi des questions-pièges qui nous font perdre pied en entrevue? 
 
Elles sont moins destinées à nous piéger que vouées à mieux nous connaître! Procédons avec des exemples:  
 
 
1 - Quel est votre pire défaut?
 
En général, l’employeur ne cherche pas une personne parfaite en tous points, mais plutôt quelqu’un qui est bien dans sa peau, une personne qui est à l’aise autant avec ses qualités qu’avec ses «bibittes». Lorsqu’ils vous questionnent sur vos imperfections, les recruteurs cherchent à mesurer votre connaissance de vous-même. Plus votre réponse sera honnête et personnalisée, plus elle montrera que vous avez réfléchi sur vous-même, plus elle sera appréciée. Expliquez comment vous composez avec cette lacune. Et méfiez-vous du classique pis-aller «Je suis perfectionniste»… Dans certaines entreprises, ça peut vraiment être un problème…
 
 
2 - Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi?
 
Êtes-vous un employé girouette, un ambitieux, une personne qui traîne un historique de congédiements ou qui garde rancune de ses anciens patrons? Si une personne change d’emploi comme elle change de chemise, le recruteur peut conclure que vous ne resterez pas à son emploi très longtemps. Vous n’avez pas quitté votre dernier poste, on vous a plutôt mis à la porte? Mieux vaut en parler ouvertement et tenter de convaincre le recruteur que cela ne se reproduira pas chez lui. 
 
 
3 - Pourquoi êtes-vous le candidat idéal?
 
Profitez-en pour mousser votre candidature, résumer les compétences que vous possédez et qui sont vraiment essentielles pour ce boulot. Si le candidat répond qu’il est très ponctuel, pour un poste en service à la clientèle, c’est peu convaincant. Pire, le recruteur pourrait conclure que vous n’avez pas compris quelles sont les qualités qu’il faut pour réussir dans ce poste, comme le souci du service à la clientèle, le désir de régler des problèmes, etc. Et attention, déballer une liste de qualités ne suffit pas à convaincre, donnez des exemples concrets issus de votre expérience. Profitez-en pour parler, non seulement de vous, mais aussi de l’entreprise. 
 
 
4 - Quel est votre plus grand échec au travail?
 
Tout le monde apprend de ses fautes. Les employeurs souhaitent non seulement connaître où vous vous êtes déjà trompé, mais surtout savoir quelle a été votre réaction. En avez-vous parlé à votre supérieur? Avez-vous mis en place des moyens pour minimiser votre bévue et éviter que cela ne se reproduise? Les meilleures réponses portent donc sur votre réaction face aux erreurs et aux échecs.
 
 
5 - Pourquoi cherchez-vous un nouvel emploi?
 
Si vous êtes en entrevue d’embauche alors que vous occupez déjà un emploi, il est possible qu’on vous demande pourquoi vous cherchez ailleurs. C’est le moment d’exprimer franchement vos attentes. Cette question permet aussi d’évaluer l’attitude du candidat. Si vous vous mettez spontanément à parler contre votre patron, vos superviseurs ou les politiques de l’entreprise qui vous embauche, ça peut être un signe que vous avez du mal avec l’autorité. Le recruteur évalue ici s’il veut gérer ce type de personnalité. Ne dénigrez rien ni personne: tournez-vous vers vos objectifs.
 
 
6 - Où vous voyez-vous dans 3 ou 5 ans?
 
Que gagneront-ils à vous embaucher? Voilà ce qui intéresse les employeurs. Avez-vous une vision pour développer les fonctions liées à votre poste, cherchez-vous à grimper les échelons ou espérez-vous conserver le même poste longtemps, en quête de stabilité? Lorsque le candidat parle de ses objectifs, l’employeur peut évaluer si l’atteinte de ses buts est possible chez lui. Peut-il offrir les possibilités, les défis recherchés par la personne? Une bonne connaissance de l’entreprise, des fonctions liées au poste convoité, et de vous-même, est donc essentielle pour ne pas vous mettre les pieds dans les plats. 
 
 
7 - Qu’auriez-vous changé dans votre ancien poste?
 
L’employeur veut connaître ici les aspects qui vous déplaisaient dans votre dernier emploi, afin de vérifier si vous pourriez être heureux au sein de son entreprise. Ce n’est pas le moment de se plaindre de votre ancien patron. Décrivez plutôt les situations qui vous agaçaient et mettez l’accent sur ce qui aurait pu être amélioré, en apportant des solutions. 
 
Retenez bien une chose: les employeurs veulent vous voir à votre meilleur et comprendre si vous avez un «fit», leur but n’est pas de vous déstabiliser! C’est un dialogue qui, comme en amour, doit se construire sur des bases solides et sur de la transparence pour s’épanouir... De là l’importance de bien se connaître, personnellement et professionnellement, et surtout, surtout, surtout, de se préparer à avoir des réponses claires et concrètes. 
 
Les questions que vous posez démontrent aussi votre sérieux et votre motivation. Elles permettent de montrer au recruteur que vous avez la tête de l’emploi. Questionnez-le sur les objectifs, les responsabilités et les défis liés au poste.
 
 
Références
 
 
 
 
 
 
 
 
Chroniqueuse: Patricia Richard
 

 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: BOULOT
Démystifier les défis de la vie au travail que l’on soit employeur, employé ou chômeur.  
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités