Décoder les offres d'emploi

L’offre d’emploi est une première étape pour mettre en contact une entreprise et un candidat. Mais quand elles ne sont pas écrites sur le coin d’une table, les descriptions d’emploi sont souvent conçues par des gestionnaires qui n’ont pas toujours beaucoup de recul face au poste annoncé. D’où certaines ambiguïtés. C’est la responsabilité du candidat de pousser plus loin ses recherches pour mieux décoder l’information.
 
 
Doit-on penser que les offres d’emploi peuvent être mensongères?
 
Les entreprises révèlent généralement dans leurs offres d’emploi des renseignements conformes à la réalité. Mais elles ont toutefois tendance à se montrer sous leur plus beau jour. Comme le font d’ailleurs les travailleurs dans leur CV!
 
Première chose à faire pour y voir plus clair: consulter la documentation de l’entreprise – site web, page Facebook, brochures de la société, rapport annuel, etc. – dans le but de se familiariser avec le jargon de l’organisation.
 
On peut aussi communiquer avec elle pour obtenir plus de précisions au sujet du poste, sauf si l’annonce le proscrit.
 
Discuter avec des employés qui travaillent déjà dans l’entreprise convoitée est idéal pour départager la réalité et les vœux pieux. Cela est grandement facilité par les medias sociaux de nos jours. 
 
Ensuite, si l’on est convoqué en entrevue, la rencontre doit permettre d’éclaircir les zones grises. C’est le moment de poser des questions…
 
 
À quoi faut-il être attentif?
 
D’abord, il faut s’assurer qu’on comprend bien le rôle qui est décrit et chacun des éléments qui sont mis de l’avant dans l’annonce. Outre les tâches et les compétences recherchées qui doivent être claires, si l’offre d’emploi mentionne que l’environnement de travail est stimulant, le candidat peut alors demander au recruteur comment ça se traduit dans l’entreprise. Ce qui est stimulant pour l’employeur peut ne pas l’être pour le chercheur d’emploi!
 
 
L’idée est de ne pas laisser de formules floues. Par exemple:
 
Joignez notre entreprise en pleine expansion: aura-t-on le temps de me former?
 
Possibilité de faire quelques heures supplémentaires: qu’en est-il précisément? Cela implique-t-il aussi les week-ends?
 
Vous devez avoir un oeil pour le détail: serai-je le dernier rempart de la qualité?
 
Prière de ne pas appeler: il est possible que le poste ait été comblé à l’interne.
 
Cherchons candidat avec expériences variées: décrivez-moi une journée-type?
 
Compétences de leadership un atout: quel sera mon niveau exact d’intervention? 
 
Et toutes tâches connexes: donnez-moi des exemples concrets
 
 
Aussi, attention aux annonces qui font miroiter toutes sortes de «possibilités»: un salaire pouvant atteindre 50,000$, un poste temporaire dans la région du Nunavik avec possibilité de prolongation et de permanence ou encore, un emploi à 12$ l’heure accompagné d’une grosse prime… Voilà autant d’éléments à éclaircir lors du face-à-face.
 
À l’inverse des promesses, y a-t-il des informations que ne donnent pas toujours les offres d’emploi et qu’on aurait avantage à connaître?
 
Il peut être très pertinent de demander si on fera partie d’une grosse ou d’une petite équipe, si nous aurons du personnel à gérer ou des fournisseurs à choisir. Cela peut en dire plus long sur le niveau de responsabilité... et sur la justification du salaire. Quel sera notre degré d’autonomie? Relèvera-t-on directement d’une vice-présidence, d’une direction générale, d’un chef d’équipe? Avec quelles autres équipes ou départements va-t-on interagir au quotidien? 
 
Autre exemple: bien des entreprises sont prêtes à faire des compromis en ce qui a trait à leurs critères de sélection. On demande un doctorat? Une maîtrise suffira peut-être, mais le recruteur ne le mentionnera pas dans son annonce.
 
D’où l’importance pour le chercheur d’emploi de postuler même s’il ne répond pas à 100% aux exigences. Le but d’une offre d’emploi est de recruter le meilleur candidat pour un poste, mais l’exercice sert aussi à constituer une banque de CV. Un chercheur d’emploi dont la candidature a été rejetée pourra ainsi recevoir un coup de fil de l’entreprise pour un autre emploi quelques mois plus tard.
 
 
Faut-il se méfier de mentions telles «un test de dépistage de drogue ou de santé est préalable à l’emploi»?
 
Ce type d’exigence doit être directement relié au poste. Ainsi, l’entreprise peut vouloir s’assurer qu’un pilote d’avion a une vision de faucon ou qu’un comptable n’a pas vidé les caisses de ses ex-employeurs… Mais elle doit prouver que ces enquêtes sont essentielles pour des raisons de sécurité, sinon ce peut être une intrusion dans la vie privée contraire à la Charte des droits et libertés de la personne du Québec.
 
En résumé, il faut faire preuve d’une vigilance normale vis-à-vis une offre d’emploi comme d’une annonce publicitaire et rester conscient que nous sommes en charge de notre vie professionnelle. Soyons proactifs, utilisons notre jugement et gardons un sain scepticisme devant ce qui promet mer et monde…
 
 
 
 
Chroniqueuse: Patricia Richard
 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: BOULOT
Démystifier les défis de la vie au travail que l’on soit employeur, employé ou chômeur.  
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités