Article lié à l'émission : MONTRÉALITÉ
Voir ou revoir les épisodes Tout sur l'émission

Mylène Péthel et Montréalité: donner la parole aux citoyens

Mylène Péthel a le journalisme dans le sang. Après avoir travaillé parallèlement en journalisme écrit et en télévision depuis plusieurs années, elle se retrouve présentement à la barre de l’émission Montréalité, sur les ondes de MAtv, en remplacement de Katerine-Lune Rollet, en congé de maternité. 
 
Cette opportunité est un beau concours de circonstances, et une grande fierté pour elle. Après avoir animé sur les ondes de TVRS, la télévision communautaire de la Rive-Sud de Montréal, elle est devenue reporter pour Mise À Jour, à MAtv Montréal. Puis, elle a rejoint l’équipe de Montréalité – une émission pilotée par Katerine-Lune Rollet – dès la première saison, en tant que recherchiste-chroniqueuse. «Et quand tu es recherchiste, tu es aussi journaliste, la différence est que ce n’est pas toi qui fait le rendu final.»
 
Le saison télé printanière 2014 de Montréalité devait se terminer avant que Katerine-Lune Rollet accouche. Mais Mylène Péthel a offert ses services à ses patrons en «Plan B», si le bébé arrivait plus tôt que prévu. Elle avait le profil parfait pour prendre la relève temporairement: «J’ai animé une émission similaire sur la Rive-Sud et, surtout, je la connais, l’émission!» Finalement, le bébé est arrivé à la date prévue, mais quand l’émission a repris son cours pour l’automne, on a demandé à Mylène de prendre la barre pendant 10 semaines, afin que Katherine-Lune puisse prolonger son congé avec son bébé de quelques mois. «J’étais super contente!», dira-t-elle.
 
 
Mylène Péthel en plein séance de maquillage... et de lecture!
À Montréalité, un ne va pas sans l'autre! Sur le plateau de l'émission, Mylène Péthel concilie séance de maquillage... et de lecture! 
 
 
Mylène Péthel croit en la télévision communautaire et en l’émission Montréalité. Elle affirme qu’un des grands défis de son travail est que certaines personnes jugent que l’information n’est pas traitée avec la même rigueur que sur les autres chaînes. Elle pense que ceux qui regardent l’émission s’apercevront rapidement que ce n’est pas le cas. «À Montréalité, on reçoit des invités hyperlocaux, des gens qui travaillent sur le terrain et dont on n’entend jamais parler.» Cette proximité avec les gens, cette découverte des gens méconnus est très importante pour elle. «Malheureusement, en vivant dans une grande région métropolitaine, l’actualité très locale disparaît souvent, car les grands réseaux sont situés à Montréal et couvrent les nouvelles nationales. Les enjeux très locaux se perdent.»
 
De plus, elle ajoute: «J’ai toujours trouvé que les télévisions communautaires sont de très bonnes écoles de formation pour apprendre ton métier.»
 
Parmi les histoires qui l’ont marquée depuis ses débuts à l’émission, Mylène mentionne celle d'un pilote d’avion, passant plusieurs heures à voler pour le plaisir, qui a décidé d’offrir des tours gratuitement à des enfants défavorisés ou ayant un parcours de vie difficile. Elle pense également au chef du restaurant Gus, qui a eu l’idée de l’initiative «des bas pour des bulles» afin de récolter des bas, un besoin important pour les sans-abri. Elle rajoute qu’il est difficile de choisir, car avec environ 16 entrevues par semaine, elle a entendu plus d’une histoire inspirante! Ce qui la fascine, d’ailleurs, est le désir de changer les choses. «Ce ne sont pas des gens qui se sont dit: “Ouin, mais ça va donner quoi?” Il y a des gens qui, un matin, se lèvent et se disent: “Aujourd'hui, c’est mon tour!” Un jour, j’espère que j’aurai ce courage-là.»
 
«À Montréal, on parle beaucoup d’individualisme. En travaillant à Montréalité, tu réalises par contre qu'il existe vraiment un sens de la communauté. Et en en parlant, ça peut inspirer. Ça ne fait que rendre la ville meilleure.»
 
Elle termine en disant, «Montréalité, c’est juste du gros bonheur et de l’espoir gratuit. Cependant, tout en parlant des bonnes nouvelles, ça ne veut pas dire qu’on ne touche pas à des problématiques et aux changements qui sont difficiles à faire. La différence, c’est que c’est toujours abordé avec beaucoup de positivisme, car les gens qu’on reçoit sont pleins de ressources et de solutions.»
 
 
Mylène Péthel
Sur la carte de l'île de Montréal, Mylène indique où est située la dernière ressource mentionnée à Montréalité, un service offert aussi sur le site web de MAtv.
 
 
Pour me suivre sur la Toile:
 

Twitter: @beatricebp

LinkedIn: Béatrice Bernard-Poulin

Mon blogue: Eille la cheap!

 
L'auteure de cet article, Béatrice Bernard-Poulinest blogueuse pour MAtv Montréal.

 

 

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités