Le grand ménage du printemps

Bien que l’arrivée du printemps est un moment joyeux, signifiant la fin de la morosité hivernale et des heures trop courtes d’ensoleillement, il est difficile de s’en réjouir lorsque l’on regarde quelques instants l’état de nos trottoirs.
 
Non, pas de nos routes pleines de nids-de-poule, bien qu’elles soient, elles aussi, assez déprimantes.
 
Le plus dommage du printemps, c’est de voir l’accumulation de déchets qui se retrouvent un peu partout. 
 
Des sacs de chips vides, des bouteilles, même des souliers et vêtements jetés par choix ou inadvertance dans un tas de neige, qui maintenant a fondu. Pourquoi croyons-nous avoir le droit de polluer ainsi, parce qu’un amoncellement de neige cachera le tout l’espace de quelques mois?
Y a-t-il réellement quelqu’un à Montréal qui a oublié que la neige fondra?
 
Dans cette optique, Montréal organise depuis maintenant cinq ans une grande corvée printanière. L’événement aura lieu les 2, 3 et 4 mai prochains.Pour prendre part à la grande corvée de propreté, vous avez deux choix: en vous joignant à  une corvée existante dans votre secteur ou, encore, en organisant personnellement une activité et en y invitant vos voisins. La ville fournit gants, sacs (ordure, recyclage et résidus verts), des consignes de sécurité ainsi que des t-shirts.
 
Au ménage, citoyens! Avec les étés si riches en événements culturels et, donc, en touristes, rendons notre ville accueillante et belle, comme nous savons qu’elle peut l’être. Soyons fiers d’habiter une ville propre.
 
 
Grand ménage du printemps
 
 
N’oublions pas que le ménage n’est pas qu’une affaire printanière, que l’on fait une fois l’an, afin de se donner bonne conscience. Garder nos rues, trottoirs et parcs propres est une affaire de tous les jours. C’est pourquoi, il faut parfois déplacer nos voitures stationnées dans la rue pour permettre à la ville de nettoyer nos quartiers! Parfois des fardeaux déplaisant, certes, mais ultimement, comme société, que préférons-nous? Accepter le dérangement que suscite la responsabilité de bouger notre voiture ou bien accepter d’avoir une ville salle?
 
Nos grandes artères commerciales sont remplies de poubelles et de bacs de recyclage. Faisons donc l’effort de marcher quelques minutes avec un déchet à la main, si aucune poubelle ne se trouve à proximité, ou encore, si la poubelle à proximité est pleine et que notre déchet tombera inévitablement sur le trottoir. Savez-vous où se retrouvent les déchets que vous jetez à la rue? 
 
Trop souvent, ils se retrouvent dans les égouts… Qui eux, se déversent dans le fleuve. Indirectement, jeter votre mégot de cigarette par terre contribue à la pollution de l’eau. Y aviez-vous pensé? Si ce n’est pas la conscience environnementale qui vous fera changer vos habitudes, sachez que jeter un détritus comme un mégot par terre (ou une gomme!) peut entraîner une amende de 169$. Oui, il s’agit d’un acte illégal! Votre portefeuille vous remerciera également de ne pas polluer. 
 
Faisons un effort collectif. Cessons de jeter nos déchets dans les rues. Incitons nos amis et familles à faire de même. Soyons fiers de notre ville, de l’endroit où nous vivons.
 
 
Pour me suivre sur la Toile:
 

Twitter: @beatricebp

LinkedIn: Béatrice Bernard-Poulin

Mon blogue: Eille la cheap!

 
L'auteure de cet article, Béatrice Bernard-Poulinest blogueuse pour MAtv Montréal.
 
 
 

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités