Frank Grenier: un nom à retenir!

Quelques jours à peine se sont écoulés entre le moment où j’ai contacté Frank Grenier, afin de jaser avec lui de la scène humoristique émergente, et notre discussion. Pourtant, les choses ont eu le temps de changer énormément pour cet humoriste montréalais. 
 
Vendredi le 20 mars, il annonçait en effet que sa carrière serait maintenant gérée par Juste pour rire Management & Services Conseils. Un gros changement pour lui: «Je gérais ma carrière seul depuis longtemps, et ça allait bien, mais, à un moment donné, tu veux passer à la prochaine étape.»
 
Contrairement à plusieurs humoristes, Frank Grenier n’a pas fréquenté l’École nationale de l’humour. «J’ai appris par essai et erreur… surtout erreur!»
 
Plus sérieusement, il mentionne que c’est en pratiquant qu’il s’est rendu là où il est aujourd’hui. «J’ai appris sur le tas, en faisant des spectacles dans les bars.» Il explique qu’il est important de faire bonne impression lorsque l’on reçoit de belles opportunités. «Plus ça va bien, plus on t’offre des choses intéressantes.»
 
Pour lui, un des moments marquants de sa carrière passe par MAtv. Il a effectivement fait des apparitions dans trois émissions sur les ondes de la chaîne: Les auditions Juste pour rire,
Les Soirées Juste pour rire et En route vers mon premier gala Juste pour rire. «Avant En Route, c’était difficile de me faire connaître. L’émission a de bonnes cotes d’écoute, on se fait reconnaître, il y a des gens qui viennent nous voir dans les bars par la suite, qui nous suivent sur Facebook et Twitter. Pour se bâtir un fan base, ça change beaucoup de choses.» 
 
 
Frank Grenier
 
 
Selon lui, il faut quand même faire attention afin de ne pas essayer de passer trop vite du statut d’humoriste amateur à celui d’humoriste à temps plein. «Il y a beaucoup de monde qui essaie de sauter des étapes. [À une certaine époque] je travaillais 40 heures par semaine et j’avais des shows le soir.» 
 
Avant de faire le grand saut, il suggère aux humoristes de bien y penser. «Personnellement, je voulais m’assurer de garder une qualité de vie en quittant mon emploi afin de faire de l’humour. Certains sont plus gamblers, moi je suis plus conservateur.» 
 
Quitter son emploi, afin de se dévouer entièrement à son art, n’est pas une mince décision à prendre. «J’ai quitté ma job de jour quand c’était rendu trop compliqué de faire les deux en même temps. Parce que l’humour me demandait beaucoup de temps, je devais demander des congés à mon employeur afin de pouvoir me consacrer à mes spectacles. Donc, j’ai compris que je devais choisir. C’est pas mal là que s’est fait le déclic.» 
 
Une bonne décision qui le mènera loin!
 
 
Complément d'info
 
Frank Grenier anime les soirées Drôle de plan de match, tous les mercredis à 20h. Les billets coûtent cinq dollars. Hypertaverne – Le Plan de Match, 4200, rue Bélanger, Montréal.
 
Il écrit également une chronique sportive tous les vendredis sur danslescoulisses.com.
 
 
 
 
Pour me suivre sur la Toile:
 

Twitter: @beatricebp

LinkedIn: Béatrice Bernard-Poulin

Mon blogue: Eille la cheap!

 
L'auteure de cet article, Béatrice Bernard-Poulinest blogueuse pour MAtv Montréal.
 
 

 

article présent dans le dossier

Les humoristes ont de belles dents
L’humour absurde a toujours fait partie de la famille, partant en premier lieu de mon père. Combien de fois a-t-il fait[...]
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités