Retourner au travail après sa retraite

Qui ne se souvient pas de la campagne publicitaire Liberté 55? On nous promettait qu’en économisant suffisamment nous pourrions prendre notre retraite à 55 ans. Mais pour la majorité d’entre nous, la retraite avant 65 ans est un concept complètement farfelu. Par choix ou par obligation, certains d’entre nous devront continuer à travailler après la frontière psychologique des 65 ans.
 
 
Environ 53% des retraités prévoient retourner travailler après la retraite.
 
Un tiers le ferait pour des raisons financières:
 
Ils réalisent qu’ils n’ont pas épargné suffisamment pour la retraite.
 
Ils font face à des coûts de la vie plus élevés que prévu.
 
 
Ceux qui retournent travailler pour des raisons non financières le font:
 
Pour rester actifs mentalement (67%).
 
Pour rester actifs socialement (51%) et pour rencontrer des gens.
 
 
Il est à noter que c’est au Québec que les travailleurs prennent leur retraite le plus tôt. 
 
La moyenne d’âge de la retraite des Québécois est de 62 ans, soit deux ans de moins que la moyenne canadienne.
 
Plusieurs ex-retraités désirent un boulot à temps partiel. Trouver un emploi à partiel est surtout possible dans le commerce de détail, la restauration et le tourisme.
 
Rona, par exemple, dont 95% des postes sont à temps partiel, possède depuis l'an 2000 un programme qui favorise l’embauche des 50 ans et plus.
 
En 2000, 8% de l’effectif de Rona se composait de personnes âgées de 50 ans et plus.
 
En 2011, c’était 31% de l’effectif.
 
Dans son dernier budget, le gouvernement du Québec a réduit les cotisations au Fonds des services de santé pour les entreprises qui embauchent des travailleurs de 65 ans et plus. Et les travailleurs plus âgés ont droit à un crédit d’impôt.
 
Attention! Votre rémunération s’ajoute à vos revenus de rente de retraite et vous serez imposé sur l’ensemble de vos revenus.
 
 
 
Conseils
 
Le monde du travail change beaucoup et vite. Celui ou celle qui songe à prolonger sa carrière après la retraite ou retourner travailler après quelques années doit se tenir au courant des tendances. Certains secteurs émergent, d’autres deviennent moins populaires. Les emplois évoluent.  Leur description de tâches aussi.
 
À moins d’afficher une discipline financière à toute épreuve et de jouir d’un revenu relativement élevé, il sera difficile pour la plupart d’entre nous de cesser de travailler avant 65 ans. Et il faudra probablement le faire après 65 ans.
 
Mais, il n’est pas dit que nous accomplirons la même tâche que lors de notre première vie active. Nos capacités physiques ou intellectuelles peuvent être différentes. Ou alors, on peut souhaiter explorer d’autres côtés de notre personnalité. Ce qui n’est pas si mal.
 
 
Pour information
 
 
 
 
 
 
Chroniqueuse: Diane Bérard, chroniqueuse et blogueuse au journal Les Affaires
 
 
 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: FINANCES PERSONNELLES
Comment prendre en main ses finances personnelles afin de contrer «l'analphabétisme financier» dont souffrent les Québécois[...]
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités