Se préparer à une perte d'emploi

On a beau être l'employé modèle, on n'est pas à l'abri d'un licenciement. Notre département peut fermer, l'entreprise peut déménager ou faire faillite... Comment se préparer à une telle perte d'emploi? Mélissa Guillemette est là pour nous en parler.
 
 
Est-ce qu'il y a des trucs pour s'assurer qu'on aura toujours du boulot?
 
Votre premier boulot, en tant que travailleur ce n'est pas seulement d'être un bon employé, c'est d'être employable. C'est-à-dire qu'il faut que vous soyez un candidat intéressant pour d'autres entreprises, advenant le cas où vous perdriez votre emploi.
 
Pour faire ça, c'est simple: ça vous prend une bonne formation. Plus ça va, plus il faut un diplôme. Si vous êtes employé d'une manufacture et que vous n'avez pas de formation spécialisée, une perte d'emploi voudra peut-être dire que vous passerez de 25$ l'heure au salaire minimum dans un prochain emploi. 
 
On ne peut pas tenir son employeur pour acquis. 
 
 
Qu’est-ce qu’une bonne formation?
 
Que ce soit au niveau du DEP, du DEC ou à l'université, une bonne formation, ça assure une meilleure employabilité. Il n'est jamais trop tard pour faire une formation, et ça peut se faire de soir ou à distance.
 
Il faut aussi se tenir à jour. Une personne qui suit différentes formations en cours d’emploi et qui maintient ses connaissances aura plus de facilité à intégrer une autre entreprise, voire un nouveau secteur. 
 
Il peut aussi valoir la peine de chercher à sortir de sa zone de confort pendant qu’on est en emploi, en acceptant des tâches différentes, en se portant volontaire pour de nouveaux projets, en s’essayant à d’autres tâches qui nous permettraient d’expérimenter d’autres aspects de son milieu de travail, dans le but d’ajouter d’autres cordes à son arc qui pourront être utilisées ailleurs. 
 
 
Que faire si la santé financière de notre employeur est ébranlée?
 
Il ne faut pas paniquer. Ce n'est peut-être pas le moment de demander une augmentation de salaire, mais ce n'est pas le moment de s'enfuir non plus.
 
Si l'entreprise passe au travers de cette crise et que vous avez contribué à ça en restant en poste, c'est des points pour vous. Votre employeur en sera probablement reconnaissant. Ça ne vous empêche pas de regarder les offres d'emplois ailleurs... 
 
En fait, que l'entreprise soit en mauvaise posture financière ou pas, il ne faut pas s'empêcher de consulter les sites d'emploi de façon régulière. Ça vous donne une idée de ce qui est disponible, des qualifications et compétences recherchées dans votre domaine et on ne sait jamais si un emploi plus intéressant pourrait être disponible. 
 
Aussi, il faut se tenir au courant de l’actualité liée à l’industrie ou au secteur d’emploi dans laquelle on évolue, question de voir où sont les emplois, quelles entreprises sont en croissance, etc. 
 
 
Comment réagir quand on perd son emploi?
 
L’objectif est de se mettre en mode solution. Il faut voir ça comme une occasion, même si c’est un dur coup pour le moral et les finances familiales. Une perte d'emploi déstabilise. Elle nous amène à réfléchir à notre valeur personnelle et à ce qu'on veut faire dans la vie. Mais c'est le temps de définir ses besoins.
 
Par ailleurs, quand une usine ferme au Québec, la loi précise que l’employeur doit former un comité de reclassement (les travailleurs ne sont pas obligés d’y participer), en collaboration avec Emploi-Québec, le syndicat et le milieu.
 
 
Et si on n'a pas accès à ce genre de politiques?
 
Faites-vous votre propre comité de reclassement!
 
Pensez à ce que vous voulez.
 
Faites un bilan de vos compétences. Certaines compétences acquises dans un domaine, celles en gestion, par exemple, se transfèrent à d’autres domaines.  
 
Consultez votre Centre local d'emploi et déterminez les possibilités pour vous, et prenez connaissance des services qui y sont offerts et qui pourraient vous être utiles selon votre situation particulière.
 
Contactez votre réseau qui sera à l'affût des opportunités d'emploi. 
 
 
Pour information
 
 
 
Chroniqueuse: Mélissa Guillemette
 
 
 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: BOULOT
Démystifier les défis de la vie au travail que l’on soit employeur, employé ou chômeur.  
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités