Le Kin-Ball, un sport bien d'ici!

«OMNIKIN… BLEU!»
 
Cette phrase fait partie de mes souvenirs d’école primaire les plus clairs. Le Kin-Ball était l’une des activités les plus amusantes des cours d’éducation physique, qui n’étaient pas exactement mes préférés.
 
Une fois le primaire terminé, j’avais un peu oublié l’existence de ce sport. Jusqu’à ce qu’il soit temps de trouver un sujet pour l’article de cette semaine, sur les sports amateurs dans notre région. De quoi pourrais-je parler, moi qui suis l’une des personnes les moins sportives au monde?
 
Pourquoi pas le Kin-Ball? Il s’agit d’un sport d’équipe accessible à tous, facile à comprendre, et agréable à pratiquer. Et, en plus, le sport est né ici au Québec!
 
En effet, le Kin-Ball a été inventé en 1987 par Mario Demers, un éducateur physique, qui désirait créer un sport collaboratif. Et c’est cet esprit d’équipe qui a séduit Michel Lanthier, directeur bénévole de l’association montréalaise. «Il est difficile de trouver un sport où chacun des joueurs est toujours important. Au Kin-Ball, il est impossible que seulement un ou deux joueurs fassent gagner une équipe. Il faut que tous les joueurs travaillent bien ensemble.»
 
Il a commencé à jouer en quatrième année du primaire dans sa région natale de Lanaudière, puis a continué au secondaire, lorsque l’option était offerte. Puis, il est devenu entraîneur. Il joue maintenant à Montréal. «Ce sont des petites équipes, de quatre à huit joueurs, on se connaît toute la gang, ça donne une belle coopération.»
 
 
Kin-Ball
 
 
Il existe à Montréal trois niveaux de Kin-Ball récréatif. Débutant, intermédiaire, et un niveau où les règles de la compétition sont appliquées, mais dans un esprit récréatif. Il existe également deux divisions au niveau compétitif.
 
D’ailleurs, les équipes masculines montréalaises sont classées en première et troisième positions de leur division au Québec, et les femmes, troisièmes de leur division. «Du côté masculin surtout, Montréal est l’équipe à battre!», mentionne Michel Lanthier.
 
Une équipe de bénévoles s’occupe du côté administratif de l’association montréalaise. Il existe plusieurs équipes d’adultes, et l’association est en recrutement de joueurs pour créer une meilleure offre pour les plus jeunes.
 
Le 22 mars prochain aura lieu le tournoi provincial récréatif au Centre Père-Marquette de Montréal. Et nul besoin d’avoir plusieurs années d’expérience pour y participer: «S’il y a des gens qui veulent redécouvrir le sport, ils peuvent nous contacter et venir y jouer», invite Michel Lanthier, tout en mentionnant que des cours sont offerts pour apprendre les bases et s’assurer de pratiquer le sport en toute sécurité, sans risque de blessures. 
 
Le Kin-Ball est également une excellente façon d’améliorer l’esprit d’équipe au travail. «Le Kin-Ball est parfait pour ça, mentionne Michel Lanthier. Les équipes sont environ de la même grosseur que les équipes de travail, quatre ou cinq personnes. On a eu de très bons commentaires à chaque fois que l’on s’est déplacé dans des entreprises.»
 
Alors, on joue? OMNIKIN… 
 
Pour plus d’informations sur la ligue montréalaise, consultez leur page Facebook.
 
Pour plus d’informations sur le Kin-Ball, consultez le site web de la Fédération québécoise
de Kin-Ball
.
 
 
Pour me suivre sur la Toile:
 

Twitter: @beatricebp

LinkedIn: Béatrice Bernard-Poulin

Mon blogue: Eille la cheap!

 
L'auteure de cet article, Béatrice Bernard-Poulinest blogueuse pour MAtv Montréal.
 
 

 

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités