Article lié à l'émission : LIBRE-SERVICE
Tout sur l'émission

Les activités subaquatiques

Savez-vous qu’il existe plusieurs types de plongée et que des plongeurs jouent même au hockey sous l’eau? C’est ce qu’on appelle les activités subaquatiques et Steve Blais, directeur général de la Fédération des activités subaquatiques du Québec, nous les présente.

 

Qu’est-ce qu’on entend par activités subaquatiques?
 
Les activités de plongée sous-marine et en apnée ainsi que le hockey subaquatique.
 
 
En quoi la plongée en apnée est-elle différente de la plongée sous-marine?
 
La plongée en apnée consiste à rester sous l’eau le plus longtemps possible sans respirer, dans un but d’exploration ou de compétition. On utilise simplement des palmes, un masque et/ou un tuba. Par contre, on n’a pas accès à tout ce que voient les plongeurs sous-marins, puisque la plongée sous-marine permet l’exploration à de plus grandes profondeurs, en nécessitant toutefois un équipement plus complexe.
 
 
Que recherche-t-on quand on plonge en apnée?
 
La liberté de plonger sans contrainte d’équipement, la possibilité de se fondre avec le milieu et de mieux observer la faune aquatique, car celle-ci nous craint moins (pas de bulles ni de bruit!).
 
 
Qu’est-ce que la plongée en apnée avec palmes?
 
L’apnéiste cherche à atteindre, uniquement à la force de ses palmes, la plus grande distance horizontale possible en piscine, en lac ou en mer.
 
 
En quoi consiste la plongée en apnée en poids constant?
 
L’apnéiste cherche à atteindre la plus grande profondeur uniquement à la force de ses palmes, en suivant un câble immergé verticalement. Il n’a pas le droit de se tirer avec les mains ni de s’aider d’un lest largable, d’où la dénomination de poids constant.
 
 
Qu’en est-il de la formation pour être plongeur sous-marin?
 
La formation se fait en piscine et mène à un certificat. Par la suite, les plongeurs doivent assurer qu’ils sont actifs en plongeant un certain nombre de fois par année.
 
Si on a reçu une formation à l’extérieur dans les mers chaudes, toutefois, une formation en eau froide est aussi obligatoire pour plonger au Québec, car les conditions sont différentes et il faut savoir s’adapter.
 
 
Qu’est-ce qu’on peut observer dans les eaux au Québec? 
 
Au Québec, nous avons la possibilité d’observer la faune d’eau douce et des épaves. Il existe même des carrières spécialement aménagées avec un parc sous-marin, où on a coulé volontairement des épaves. Ce sont de véritables terrains de jeux pour les plongeurs! On peut aussi y observer les poissons qui se sont établis à ces endroits.
 
 
Où sont situés les sites de plongée et que peut-on y observer?
 
Carrière Kahnawake: près de Montréal, très populaire pour la pratique en profondeur (100 pieds).
 
Récifs artificiels dans le lac St-François: six bateaux (cinq grosses barges et le bateau du 5$, ainsi qu’un avion Lockerhead des années 1900).
 
Rivière Richelieu: quatre épaves naturelles (trois bateaux, plus la structure de l’ancien pont tournant).
 
Carrière Morrison: récifs artificiels (bateaux et un avion de passagers datant de 1980) près de Gatineau.
 
Carrière Flintkote: située dans une ancienne carrière de minerai à ciel ouvert à Thetford-Mines, et qui présente Aquart, une galerie d’art sous-marine avec tableaux suspendus à différentes profondeurs. Ces tableaux, qui sont imprimés et recouverts d’un produit spécial, s’inspirent des fonds marins et sont l’œuvre d’artistes tels que Jean-Louis Courteau, Pascal Lecoq ou Johanne Wilkins.
 
En Gaspésie: on peut  aussi observer des phoques. 
 
Les Escoumins: pour sa faune et sa flore sous-marines.
 
L’île Bonaventure.
 
Et plusieurs lacs au Québec…
 
 
Y a-t-il des événements à ne pas manquer?
 
Ils ont souvent lieu en août car l’eau est plus chaude...
 
Compétition de la coupe d’apnée: on plonge le plus profond et le plus longtemps possible sans oxygène.
 
Jamboree de plongée (aux quatre ans, le prochain en août 2014).
 
Festival du lac St-François, près de Valleyfield (troisième semaine d’août).
 
Festival marin des Escoumins (fin de semaine de la Fête du Travail).
 
Aquart.
 
Compétition de hockey sous-marin au printemps, à Montréal  (en piscine).
 
 
Le hockey subaquatique
 
C’est un sport d’équipe, ce qui en séduit plusieurs. Les règlements sont plus simples qu’au hockey sur glace et il n’y a pas de contact. Tout se passe sous l’eau en apnée, dans une piscine. La lourde rondelle (1.5 kg) coule au fond de la piscine. Le hockeyeur utilise un bâton de 30 cm (l’équivalent d’une règle) pour la déplacer. Palmes, masque et tuba sont de mise. L’équipe est formée de six joueurs qui se relaient pour pousser la rondelle. Le filet, de type planche, mesure de 1 à 2 m de largeur.
 
 
Qui s’intéresse à ce sport?    
 
Les nageurs qui cherchent d’autres défis. Malheureusement méconnu, ce sport est toutefois pratiqué dans environ 30 pays. On compte plusieurs bons athlètes au Québec et des clubs importants à Montréal, Gatineau et Québec. Le Canada a gagné la médaille d’or dans un championnat mondial en 1986. Au niveau de la compétition amateur, les hommes ont remporté le Bronze en 2000, et les femmes, l’Argent, en 2002.
 
 
Des compétitions sont-elles organisées à travers le Québec?
 
Oui: de petites compétitions amicales pendant l’année, ainsi qu’une grande compétition au printemps.
 
 
 
Invité: Steve Blais, directeur général de la Fédération des activités subaquatiques
du Québec
 
 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: SPORTS ET LOISIRS
Découvrir des sports et loisirs, qu’ils soient physiques ou intellectuels, qui présentent un aspect social, communautaire et régional[...]
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités