Article lié à l'émission : LIBRE-SERVICE
Tout sur l'émission

Le cerveau, cet outil de travail

Le cerveau est à la base de tout ce qu’on entreprend. Environ 86 milliards de neurones travaillent pour nous, même si le cerveau ne pèse que 1,4 kilo en moyenne. Même quand on ne fait rien et qu’on est dans la lune, ça bouge, là-haut! 

 
Est-ce que le travail est bon pour le cerveau?
 
À la base, le cerveau a besoin de stimulation pour garder la forme. En anglais, on dit Use it or lose it, et ça s’applique très bien au cerveau. Si on n’utilise pas nos neurones, on les perd…
 
Qu’est-ce qui stimule le cerveau? Résoudre des problèmes, discuter avec quelqu'un, prévoir les étapes pour accomplir une tâche, créer, calculer, faire appel à sa mémoire, etc. Tout ça, on le fait au travail, en général. Alors, oui, le travail est bon pour le cerveau. Se creuser le ciboulot, ça entretient les connexions entre nos neurones! 
 
Mais on peut aussi abuser de cet outil et alors le travail devient nocif pour le cerveau… Une étude de la santé publique finlandaise a démontré un lien entre de moins bonnes performances cognitives et les heures supplémentaires. Les participants à l’étude, qui travaillaient 11 heures et plus par jour, performaient moins bien aux tests de vocabulaire et de raisonnement que les personnes qui travaillaient sept ou huit heures. 
 
On ne comprend pas encore la nature de ce lien, mais une des hypothèses est que les heures supplémentaires s'accompagnent parfois de mauvaises habitudes de vie, comme le manque de sommeil ou une mauvaise alimentation. Et tout ça a un impact sur le cerveau.
 
Pas besoin de travailler 55 heures par semaine pour abuser de notre cerveau. Si on subit trop de pression, notre cerveau est à risque…
 
Un peu de stress pourrait être bénéfique, selon des études menées sur des rats, mais pas trop! Une petite dose à l’occasion nous aide à exceller. Mais si le stress est chronique, ça se gâte. Des scientifiques ont remarqué que l'hippocampe, qui est le siège de la mémoire, s'atrophie chez les individus stressés de façon régulière. Donc, le stress modifie directement les structures de notre cerveau. Mieux vaut rester zen!
 
 
Est-ce que notre cerveau nous prédispose à un certain travail en particulier?
 
Ce qu’on sait, c’est que le cerveau est très malléable. On dit souvent que le cerveau des enfants est comme une éponge, mais les scientifiques remarquent aujourd’hui que même à l’âge adulte, on continue à créer de nouveaux neurones et notre cerveau continue de se transformer, selon notre vécu. Ce que ça signifie concrètement, c’est que nos tâches au travail peuvent finir par modifier le fonctionnement de notre cerveau. 
 
On a remarqué, chez les mathématiciens, qu’une partie du cerveau liée à la réflexion mathématique était plus dense que chez les autres personnes. Le gain en densité semblait proportionnel au nombre d’années d’expérience du mathématicien.
 
Chez les chauffeurs de taxi de Londres, un gain en densité a été noté dans l’hippocampe, impliqué dans la mémoire spatiale, au cours des années d’apprentissage.
 
Par ailleurs, si je vous montre des vidéos de personnes qui se font enfoncer des aiguilles dans la peau, il est probable que ça vous soit désagréable. C’est que le cerveau active les mêmes réseaux dans votre cerveau que si vous receviez ces aiguilles dans votre peau. Une étude a aussi démontré que les acupuncteurs, avec l’expérience, apprennent à inhiber leur mécanisme de la douleur quand ils voient des aiguilles enfoncées dans la peau de patients. Ce sont des régions du cerveau associées à la régulation des émotions qui, en fait, s’activaient lorsqu’ils voyaient ces vidéos.
 
Il semble donc que le cerveau s’adapte à notre travail pour qu’on puisse devenir meilleur dans celui-ci.
 
 
Comment mieux utiliser cet outil de travail?
 
Le livre Votre cerveau au bureau, le mode d’emploi efficace, de David Rock pourrait vous aider. David Rock est un consultant en management et il a réalisé qu'en s'intéressant à la recherche en neuroscience, on peut gagner en efficacité. 
 
En gros, il explique dans ce bouquin que les capacités du cerveau ont une certaine limite. Il conseille donc de restreindre au maximum les distractions au travail. Cela inclut les discussions avec les collègues, les courriels et les médias sociaux. Pour se concentrer, le cerveau a besoin de calme.
 
De plus, le cerveau est très bon pour remarquer ce qui cloche dans notre champ de vision. Si vous devez terminer une tâche au plus vite, fermez donc votre porte, votre radio, désactivez les alertes qui indiquent que vous avez reçu un courriel et fermez ces 14 pages ouvertes sur internet… Là, le cerveau peut se concentrer.
 
David Rock conseille aussi de faire la sieste au boulot. Pensez-y: si votre ordinateur ralentissait chaque jour en début d’après-midi et que la solution était de le fermer 15 minutes pour qu'il redevienne aussi efficace, vous le feriez, non? Une sieste de 15 à 30 minutes peut avoir cet effet. De nombreuses études ont démontré les bienfaits de la sieste.
 
 
Comment entretenir son cerveau?
 
En général, ce qui est bon pour le coeur est également bon pour le cerveau. C’est-à-dire qu’il faut adopter une bonne alimentation, faire de l'exercice physique, dormir suffisamment, éviter les excès d’alcool…et ne jamais arrêter d'être actif sur le plan intellectuel. Même à la retraite, il faut avoir des défis, s'intéresser à ce qui nous entoure. 
 
Une étude menée à partir des dossiers de patients atteints de la maladie d'Alzheimer, en Grande-Bretagne, a révélé que plus les patients avaient pris leur retraite tard, plus les symptômes étaient apparus tard. Chaque année de plus passé au travail était associée à un report de sept semaines des premiers symptômes. Il semble donc que la gymnastique que notre cerveau fait au travail soit bénéfique! 
 
 
Devrait-on reporter notre retraite?
 
Mais non! Pas de panique! On peut rester actif sans travailler. 
 
Le bénévolat, les travaux manuels, la lecture, les contacts sociaux, les cours, c'est aussi bon que le travail. L'idée, c'est de ne pas passer sa vie devant la télé. Être passif ne suffit pas: le cerveau a besoin d’agir. Il faut varier ses activités. N’arrêtez jamais d’apprendre!
 
 
Suggestion de lecture:
 
 
Chroniqueuse: Mélissa Guillemette, Jobboom
 
 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: BOULOT
Démystifier les défis de la vie au travail que l’on soit employeur, employé ou chômeur.  
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités