Article lié à l'émission : LIBRE-SERVICE
Tout sur l'émission

Le télétravail

Lorsque vous êtes coincés dans le trafic, vous arrive-t-il de rêver de travailler de la maison? Alors que tout le monde manque de temps, pourquoi perdre de précieuses minutes sur la route ou dans le métro? 

Évidemment, ce n’est pas possible dans tous les domaines, mais pour le travail de bureau, c’est souvent assez simple à réaliser. Plus précisément, c’est dans les secteurs des affaires, de la finance, du commerce au détail, de la production manufacturière et des services que le télétravail semble le plus présent.
 
Dans les années 1970 et 1980, les experts prédisaient que la majorité des travailleurs américains feraient du télétravail dans les années 2000. Il faut dire qu’on est loin de là, aux États-Unis comme au Canada…
 
Mais il demeure que de 4 à 8% des travailleurs québécois font du télétravail, et si on ajoute les personnes qui travaillent de la maison de façon occasionnelle, on arrive à 20% de la main-d’œuvre. Car le télétravail concerne autant les personnes qui travaillent toujours de la maison pour leur employeur, que celles qui le font quelques fois par mois ou par semaine.
 
Le télétravail fait l’affaire des travailleurs, qui gagnent en flexibilité et évitent le trafic.
 
C’est aussi un bon argument pour attirer les meilleurs candidats dans une entreprise et pour les garder. Le télétravail fait aussi l’affaire des employeurs, car de nombreuses études ont démontré que les employés installés dans le confort de leur foyer sont plus productifs. De plus, selon un sondage interne mené par Sun Microsystem en 2008, les employés travaillant à la maison font plus d’heures de travail (l’équivalent de 60% du temps qu’ils auraient passé dans les transports s’ils avaient eu à se rendre au bureau).
 
Et chaque employé qui travaille uniquement de la maison fait économiser de l’espace dans un bureau. Dans le cas de géants comme IBM, cela peut représenter des millions de dollars d’économie en frais de loyer!
 
 
L’hiver dernier, la grande patronne de Yahoo a pourtant aboli le programme de télétravail dans l’entreprise…
 
Et elle a d’ailleurs beaucoup fait jaser, car c’est une décision qui va à l’encontre de toutes les tendances actuelles en ressources humaines.
 
Marissa Mayer a expliqué que si le travail à la maison nous rend plus productifs, le travail au bureau stimulerait davantage l’innovation et la créativité. Il est vrai qu’on trouve parfois nos meilleures idées en jasant avec un collègue à la pause-café ou en confrontant nos idées à celles des autres en réunion… Un équilibre entre le travail à la maison et le travail au bureau est peut-être alors une solution envisageable (dépendamment des secteurs et des entreprises).
 
 
Le télétravail est-il fait pour tout le monde?
 
Oui et non. Tout le monde a envie de flexibilité. Par exemple, si vous avez un rendez-vous chez le médecin à côté de chez-vous à 13h, travailler de la maison ce jour-là vous évitera des détours inutiles.
 
Par contre, certaines personnes ont vraiment besoin du contact constant avec les collègues. Ceux-là s’ennuieront peut-être à la maison. Mais le télétravail, même dans les cas où il est à temps complet, n’exclut pas les réunions occasionnelles et les 5 à 7 en personne avec les collègues ou les clients.
 
Ensuite, c’est aussi une question de tempérament. Les personnes qui réussissent bien à la maison sont celles qui ont une grande autonomie. Il faut savoir se fixer des objectifs seul et gérer son temps.
 
 
Comment convaincre son patron de permettre le télétravail?
 
Le problème, c’est que les employeurs pensent souvent que les employés travaillant depuis la maison vont écouter les émissions de cuisine du matin ou faire la grasse matinée plutôt que de travailler. Selon un sondage mené par la BMO plus tôt cette année, 53% des entreprises sondées avaient peur que la productivité de leurs troupes décline si le télétravail était permis.
 
Or, de nombreuses études ont démontré que le télétravail nous rend plus productifs. Selon ce même sondage de la BMO, les entreprises canadiennes qui permettent le télétravail ont indiqué dans une proportion de 65% que la productivité des employés avait grimpé.
 
La réalité, c’est qu’on peut se «pogner le beigne» même au bureau! Le lieu ne change rien à l’intensité du travail. Pensez-y: seul à la maison, on élimine beaucoup de distractions. Les collègues, les mouvements, les téléphones qui sonnent, tout ça, ça coupe le flot du travail et de la réflexion…
 
Vous pouvez proposer à votre patron de faire une période d’essai: une journée par deux semaines pendant quelques mois. Il pourra juger de votre efficacité à distance pendant ce temps. Ensuite, vous pourrez passer à deux ou trois jours, voire à temps complet, si c’est que vous souhaitez. Ce sera un test pour vous aussi.
 
Si votre patron a la fibre environnementaliste, vous pourrez aussi faire valoir que le télétravail permet de réduire vos émissions de gaz à effet de serre. Les employés de Cisco System qui font du télétravail économisent 10,3 millions de dollars en essence par année. En fait, des tonnes de gaz carbonique!
 
 
Si l’employeur accepte, quel est le mode d’emploi?
 
Premièrement, sachez que le travail à la maison n’est pas une solution pour avoir soin des enfants ou des aînés tout en travaillant. Pour être productif, il faut des conditions qui favorisent la concentration.
 
On se choisit un lieu dans la maison, idéalement une pièce qui vous sert de bureau. Si vous travaillez régulièrement à distance, il vous faut un espace de travail ergonomique. Ce qui veut dire une bonne chaise de bureau, adapté à votre table de travail. Une tendinite est si vite arrivée à force de travailler sur un coin de comptoir de cuisine…
 
Assurez-vous que vos dossiers sont en ordre si vous partagez votre horaire entre le bureau et la maison. Déposez tous vos fichiers informatiques dans un espace qui vous sera accessible dans les deux cas. Et classez tout aussi bien vos documents papier.
 
 
Le défi, ensuite, c’est d’arriver à décrocher quand la journée de travail se termine…
 
On rend moins nette la séparation entre le travail et la vie personnelle avec le télétravail. Il faut apprendre à fermer la porte du bureau, quand la journée de travail est terminée, pour ne l’ouvrir que le lendemain, même si ça peut être très tentant parfois…
 
 
Chroniqueur: Éric Grenier, rédacteur en chef du Magazine Jobboom
 
 
Jobboom
 
 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: BOULOT
Démystifier les défis de la vie au travail que l’on soit employeur, employé ou chômeur.  
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités