Article lié à l'émission : LIBRE-SERVICE
Tout sur l'émission

Les carrières d'avenir

Chaque année, Jobboom publie une grande enquête sur l’état du marché de l’emploi au Québec pour les prochaines années et son guide Les carrières d’avenir. Cette année, plus de 130 formations de niveaux professionnel, collégial et universitaire proposent d’excellentes perspectives d’avenir.  

 
Quels sont les grands secteurs d’emplois qui embaucheront le plus en 2013?
 
Presque toutes les professions liées aux technologies de l’information, quelque soit le niveau de formation nécessaire, embaucheront cette année partout au Québec. 
 
D’ici 2014, au moins 7 500 postes seront à pourvoir dans ce domaine, et pas seulement dans les entreprises de cette industrie: toutes les industries présentent des besoins en spécialistes des TI. On pense notamment aux programmeurs et aux analystes. 
 
Les mines, on en parle depuis longtemps. Même s’il y a ralentissement de la demande pour les différents minerais, il y aura encore beaucoup d’ouvertures dans les années à venir. Et pas juste en mineurs: on aura besoin de menuisiers, de soudeurs, d’électriciens, de mécaniciens, d’administrateurs, d’ingénieurs. Juste le roulement de personnel et les départs à la retraite exigeront 10 000 embauches d’ici 2016. Encore faut-il être prêt à quitter les grands centres et aimer les voyages en avion…
 
La construction ralentira au Québec, mais ça ne sera pas suffisant pour freiner l’embauche. Jusqu’à 14 000 personnes devront joindre les rangs de l’industrie pour répondre à la demande. Et pas besoin de témoigner devant la juge Charbonneau pour y accéder: vos cartes de compétences de nombreux corps de métier de cette industrie suffiront. 
 
Si vous avez des enfants d’âge scolaire, vous le savez probablement déjà. Il manque d’enseignants dans les écoles québécoises: des profs d’anglais, de sciences, de mathématiques notamment, en plus de nombreux spécialistes d’aide aux élèves, comme les orthopédagogues. 
 
Et puis, il y a le secteur de la santé, frappé par deux tempêtes: le vieillissement de la population, ce qui augmente les besoins en prestations de services, et le vieillissement de la main-d’œuvre, qui réduit le nombre des professionnels destinés à rendre ces services. Tant dans le privé que dans le public, au total, plus de 22 000 personnes devront être recrutées, d’ici 2016, pour combler les besoins.
 
 
Faut-il absolument aller à l’université pour s’assurer d’avoir un emploi? 
 
De tous temps, les diplômés universitaires se sont globalement toujours mieux tirés d’affaire que les autres. Mais dans les détails, plusieurs diplômés de sciences sociales chôment et tirent le diable par la queue, tandis que des diplômés de programmes professionnels au secondaire, comme Bill Gates, prospèrent. En fait, 80 des 130 formations gagnantes de cette année se concentrent dans les paliers de formation professionnelle et collégial.
 
 
Voici quelques exemples:
 
Mécanique de véhicules lourds routiers (DEP)
 
Placement: 91,1%
Taux de chômage: 6,1%
Salaire hebdomadaire moyen: 1 387$
Durée de la formation: 1 800 heures
 
Montage de lignes électriques (DEP)
 
Placement: 94,9%
Taux de chômage: 2,6%
Salaire hebdomadaire moyen: 1 175$
Durée de la formation: 900 heures
 
Techniques d’hygiène dentaire (DEC)
 
Placement: 98,4%
Diplômés aux études: 1,6%  
Taux de chômage: 0%
Salaire hebdomadaire moyen: 813$
 
Conseil en assurances et en services finances (DEC)
 
Placement: 72,6%
Diplômés aux études: 26,2% 
Taux de chômage: 0%
Salaire hebdomadaire moyen: 700$ 
 
 
Cela vaut-il la peine de suivre un programme qui offre des stages durant les études?
 
Très souvent, les programmes qui reçoivent le plus d’offres d’emploi sont ceux qui ont le moins de diplômés, parce que la plupart d'entre eux ont déjà une promesse d’embauche avant la fin de leurs études grâce aux stages en entreprise. Dans certains programmes, comme ceux qui visent à former les futurs cuisiniers, en formation professionnelle, la plupart des étudiants travaillent déjà à temps partiel pour leur futur vrai employeur. En technologie de l’information, jusqu’à 78% des étudiants ont un emploi garanti à la fin de leurs études parce qu’ils ont fait leurs preuves en stage.
 
 
Les métiers recherchés à Montréal:
 
Ambulanciers
 
Audiologistes
 
Ergothérapeutes
 
Gestionnaires de services informatiques
 
Hygiénistes dentaires
 
Infirmiers
 
Ingénieurs en génie civil et mécaniciens
 
Inhalothérapeutes
 
Pharmaciens
 
 
Peu importe ses aptitudes, ses intérêts, son goût des études, il y aura des emplois d’avenir pour tous.
 
À une seule condition: il faudra être diplômé! Et détenir le bon diplôme. Malgré des débouchés intéressants, bien des jeunes boudent des formations qui peinent à remplir des classes. Et désormais, avec tous les systèmes de passerelles entre les différents niveaux de formation, on aura toujours la chance de continuer plus loin si on a le goût. 
 
 
Chroniqueur: Éric Grenier, rédacteur en chef du magazine Jobboom
 
 

Jobboom

 
Revoir cet épisode de Libre-service

 

article présent dans le dossier

LIBRE-SERVICE: BOULOT
Démystifier les défis de la vie au travail que l’on soit employeur, employé ou chômeur.  
Lire le dossier

Vos commentaires

Soyez les premiers informés sur MATV

Pour tout savoir avant tout le monde et profiter de nos exclusivités